Cinemateur : cinéma La Grenette à Bourg-en-Bresse, salle Art et essai. Film.

Le Portrait interdit

du 14 au 20 février

mer 14 à 19h | jeu 15 à 19h | ven 16 à 14h30 & 21h | sam 17 à 14h & 19h | dim 18 à 19h | lun 19 à 14h30 | mar 20 à 19h


Affiche du film

de Charles de Meaux
avec Fan Bingbing, Melvil Poupaud...

Evocation historique | France/Chine | 2017 | 1h43
Sortie : 20 décembre 2017

Fiche du film (pdf - 261.25 Ko)

Résumé

Au milieu du XVIIIème siècle, le jésuite Jean-Denis Attiret est un des peintres officiels de la Cour impériale de Chine. Il se voit confier la tâche honorifique de peindre le portrait de l’impératrice Ulanara. Cette concubine devenue impératrice à la suite de la mort de la première femme de l’empereur Qian Long aura un destin très particulier. Sorte de figure romantique avant l’heure, il ne restera d’elle que ce portrait à la sensualité énigmatique de Joconde asiatique. Le film raconte ce moment fiévreux où l’impératrice chinoise rencontre le peintre jésuite. Un moment où la relation électrique entre un peintre et son modèle est prise en étau entre les contraintes de la cour (et son étiquette rigide) et les différences culturelles les plus extrêmes.

Bande-annonce -

Dossier de presse Fichier pdf -

Critiques

Le Monde - Au fil de cette histoire qui donne à Charles de Meaux l'occasion de faire une magnifique peinture de la Cité interdite, irradié par la beauté de son actrice, enveloppé dans une musique exquise, le cinéma devient un geste de plasticien, et la peinture, qui se met en mouvement dès l'ouverture du film dans une splendide séquence animée, une forme d'expression éminemment cinématographique.

Les Inrocks - Ce traité d'art et de culture entremêle avec goût sensualité et impertinence.

Libération - Un brillant jeu de miroirs qui reflète le caractère intraduisible de la tradition chinoise par le regard occidental.

 

site xhtml strict - réalisation aglca