Cinemateur : cinéma La Grenette à Bourg-en-Bresse, salle Art et essai. Film.

Mahmoud Darwich : et la terre, comme la langue

a été projeté du 14/11/2007 au 14/11/2007

Ce film a fait 85 entrées.


Affiche du film

de Simone Bitton

Documentaire | France | 1997 | 0h59 | VO

Résumé
Poète de l’exil et de la tragédie palestinienne,
Mahmoud Darwich est né en 1942 dans un
village de Galilée. Enfant, il a participé à
l’exode des réfugiés palestiniens de 1948.
Revenu en Israël, Arabe israélien réfugié dans
sa propre patrie, il a commencé à écrire dès
1965, alors que la population arabe de l’état
d’Israël était encore soumise à un régime
spécial d’administration militaire. La blessure
qu’il porte en lui est une blessure collective,
aussi s’impose-t-il un peu comme la voix de
son peuple. En 1971, il décide de s’exiler.
C’est alors un long parcours qui se dessine,
dans une solitude à laquelle il est désormais
attaché. La popularité des poètes est
immense en Orient où la poésie est
considérée comme un art vivant.
Lorsque Mahmoud Darwich donne un
récital au Caire, à Beyrouth ou à Alger, des
foules considérables viennent scander ses
vers avec lui. C’est cette ferveur populaire,
cette émotion que le film tente de faire
partager. Aux antipodes d’une littérature
militante, tout en étant profondément
engagée, sa langue poétique a su trouver une
voix entre le particulier palestinien et la
souffrance universelle.
Le film est construit autour de divers
entretiens avec Mahmoud Darwich ; un
commentaire analyse les principales étapes de
sa vie dont l’écriture ne peut être dissociée.

 

site xhtml strict - réalisation aglca