Cinemateur : cinéma La Grenette à Bourg-en-Bresse, salle Art et essai. Film.

Amour

a été projeté du 24/10/2012 au 06/11/2012

Ce film a fait 1291 entrées.


Affiche du film

de Michael Haneke
avec Emmanuelle Riva, Isabelle Huppert, Jean-Louis Trintignant...

Fiction | France | 2010 | 2h06
Distributeur : http://www.filmsdulosange.fr/fr/film/9/amour
Sortie : 24 octobre 2012

Chronique Cinémateur sur Tropiques FM

Flash non détecté

Fiche du film (pdf - 184.18 Ko)

Palme d'or Cannes 2012

Résumé

Georges et Anne sont octogénaires, ce sont des gens cultivés, professeurs de musique à la retraite. Leur fille, également musicienne, vit à l’étranger avec sa famille. Un jour, Anne est victime d’une petite attaque cérébrale. Lorsqu’elle sort de l’hôpital et revient chez elle, elle est paralysée d’un côté. L’amour qui unit ce vieux couple va être mis à rude épreuve.

Bande annonce

Dossier de presse Fichier pdf

Critiques

Le Monde - Critique cannoise

Mari et femme. Ils ont dans les 80 ans. Sont parisiens, aisés, cultivés, unis. Un jour, elle est victime d'un accident vasculaire cérébral... Ce n'est pas un film de plus sur la maladie ou sur la vieillesse. Seul sujet que Michael Haneke traite de fond en comble dans Amour : la grande aventure du couple au stade terminal, au bout du bout de la vie. Comment les deux époux, en dialogue permanent pendant un demi-siècle, et devenus quasiment autarciques dans leur manière de vivre, font face à la destruction accélérée, physique et psychique, de l'un deux. Qu'ont-ils à se dire, heure après heure, dans le huis clos de leur appartement de toujours ?

Comme souvent avec Haneke, on verra tout de ces ultimes tête-à-tête et corps-à-corps : le plus terrible, le plus dérangeant, mais aussi, et c'est moins fréquent chez le cinéaste, le plus familier, le plus tendre ; les extrémités de quotidien partagé, mais aussi les gestes extrêmes de l'amour. Jean-Louis Trintignant (pas vu à l'écran depuis des années) et Emmanuelle Riva sont impressionnants tout de suite et tout le temps. Mais ils se fondent, humblement, dans le grand dessein d'Haneke, auquel chaque détail (du décor, des costumes, de la lumière) contribue : livrer une sorte de témoignage fictionnel sur les confins de la conditions humaine. Un terrifiant "flash forward" pour nos vies à tous. Un souvenir du futur. Des images concrètes, mais aussi très mentales, qui nous hantent comme si elles étaient fichées, en germe, dans nos cerveaux depuis toujours. Assurément l'un des grands chocs de ce festival.

 

site xhtml strict - réalisation aglca